Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Les joaillers naifs...

Charles Auguste Boehmer, né on ne sait quand mais mort en 1794 à Stuggart, est un fameux joailler. Il s'associe avec Paul Bassenge, un allemand d'origine française, pour créer le fameux bijoux composé de diamants d'une grosseur, d'une qualité et d'une beauté exceptionnelles qui deviendra le Collier de la Reine.

 

Sûr de l'achat de ce bijoux par au départ Louis XV pour la favorite du moment, Madame du Barry (on s'y retrouve toujours !) qui meurt avant, puis après les refus essuyés dans d'autres Cour d'Europe, ils le proposent alors à Marie-Antoinette, dépensière et folle de bijoux.

 

 

Il ont quand même investit toutes leurs économie dans cette réalisation d'un montant tout aussi colossal d'environ 1,6 millions de livres.

 

 

Mais la réaction de la Reine les prend de court : alors que le roi fit porter l'écrin chez elle, la Reine assura qu'elle serait très "affligée que l'on fit une dépense aussi considérable pour un pareil objet ; qu'elle avait de beaux diamants, [...] qu'il fallait renvoyé ce collier, et que la construction d'un navire était une dépense bien plus préférable à celle que l'on proposait."* 

 

 

La vérité probable est que le collier, techniquement magnifique,  ne lui plaisait pas tout simplement car très lourd à porter et très lourd  d'un point de vue esthétique.

 

 

Nos deux joailliers furent ruinés d'autant plus que le Collier fut volé !!!
 

_____________
* cf. Mme Campan, Mémoires, ch. XII

et cf. l'article extraordinaire et très vivant (+ assez moqueur) de Edouard Boeglin sur la véritable histoire du Collier de la Reine (avec un certain Cagliostro, cf. aussi Joseph Balsamo d'Alexandre Dumas)

Article d'Edouard Boeglin - Le collier de la Reine
collier_edouard.pdf
Document Adobe Acrobat [223.0 KB]

Actualités

Ajout d'une réflexion sur "Le symbole de mort par la disparition dans l'eau" dans la section Thèmes : quand les personnages ne reonceront jamais à leur amour impossible, aussi bien de leur vivant, que dans leur mort.

 

Introduction à une nouvelle histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée à découvrir dans la section dédiée et ce, toujours grâce à Bishoujo Love.

 

Mise en ligne des 50 premières pages en VO de La Grenade Bleue, un manga de Riyoko IKEDA.

 

Traduction de SAKURA Kyo, une histoire familiale compliquée basée sur des secrets de famille...

 

Traduction de "Courage", une histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée dans la section qui porte ce nom.

Une histoire d'amour maudite sur  sur 4 générations...

 

Traduction de "Début de printemps" ainsi que de "Lilou à Canterbury", unes des 1ères oeuvres d'IKEDA (section Autres)

La phrase...

"Si nous sommes condamnés à souffrir, nous n'en aimerons pas moins intensément !

Et ce, jusqu'à la folie s'il le faut !!"

- David (dernier tome de la Fenêtre d'Orphée)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar