Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Au coeur d'une chaine amoureuse, il est l'amant impossible

 

 

De son nom Hans Axel de (von) Fersen (né le 04/09/1755). Maréchal suédois, son père est l'homme le plus riche et le plus puissant en Suède après le roi Gustave III. Très attaché à Marie-Antoinette, il a aidé à la fuite de Varennes (cf. aussi la partie "Famille de Jarjayes" en Petit Plus). Pour pouvoir rester près de la reine, Fersen persuade son père de faire les frais d'un propre régiment pour lui. Le régiment s'appelle le Royal Suédois : Fersen est colonel et il a seulement 28 ans.

.

Similitudes

  • Sa rencontre avec Marie-Antoinette à un bal de l'Opéra. Son attachement et son amour pour Marie-Antoinette. Leur relation semble consommée (cf. entre les lignes de sa correspondance avec son frère ou sa soeur, bien que tous les historiens ne s'accordent pas sur cette relation consommée), et leur amour profond. A sa mort on a retrouvé sur son corps une montre en or que lui avait offert la Reine.

 

  • Son mariage
  • Son régiment
  • Ses voyages en Amériques, Suède (et pour cause) etc.
  • Sa beauté (paraît-il qu'il était très beau et très élégant), son charme et ses manières aristocratiques

 

 

Différences

  • Fersen était une personne assez frivole ! Dans ces cahiers de notes, c'est surtout une succession de descriptions vestimentaires des différentes cours d'Europe, et les noms illustres qu'il a rencontré et leurs commentaires sur lui-même. Il a rencontré Voltaire mais a avoué ne rien comprendre à la philosophie. En cours, il était plutôt en vadrouille qu'à sa table de travail, bien qu'il ait du plombs dans la cervelle et ait même obtenu des diplômes (maths et hydraulique il me semble).

 

  • Accusé d'avoir voulu empoisonner le Prince héritier de Suède, il meurt lynché par la foule devant la Maison de la Noblesse en Suède en 1810.

 

 

Quelques traits de caractères


Fersen est l'un des personnages avec Girodelle peut-être, à démontrer les qualités et une attitude les plus Nobles que l'on puisse trouver dans Lady Oscar. Mais il reste cependant prisonnier du schéma de penser versaillais, et même sa campagne militaire en Amérique (il était quand même officier et non petit soldat) ne réussit pas à le ramener à la réalité : l'univers du peuple existe mais il remplit simplement son devoir de condescendance envers lui.

Formé et profondément ancré dans le monde aristocratique licencieux de son époque, Fersen n'en reste pas moins une personne franche et entière.

 

Sincère et loyal dans son amitié , il n'hésite pas à trois reprises à exposer sa vie pour appuyer ou sauver Oscar (devant le Roi où Oscar demande la vie sauve d'André accusé de lèse-majesté, il l'appuie, ou pour lui sauver la vie lors de l'embuscade nocturne fomentée par Madame de Polignac ou encore lors de l'émeute de la porte Saint-Antoine où le carrosse d'Oscar est attaqué par les Parisiens), ou simplement à prendre le temps de venir passer quelques jours au château de Jarjayes pour donner un bonjour amical à chacun de ses retour en France.

.

D'autre part, il y a bien souvent attaché à ses actions le facteur Hasard et Chance! Fersen sauve donc Oscar de l'embuscade nocturne. Comment? Parce qu'il passait par là. Oscar manque d'être piétiné à la porte St Antoine, qui est de garde à ce moment là? Lui et son régiment du Royal Suédois. Qu'est-ce qu'il l'aide une fois à s'éloigner de la Reine? Le fait d'avoir assisté par inadvertance à la prière de Marie-Antoinette demandant de sauver son enfant et en échange elle quitterait Fersen pour ne plus avoir de coupables amours. Etc...

D'un caractère fort et passionnel, c'est un être torturé intérieurement mais qui n'en laisse rien voir. Ses nombreuses décisions qu'ils a mises à exécution (et c'est sûrement le plus difficile et le moins fait en général!) pour s'éloigner de la Reine sont pourtant mûrement réfléchies et sensées, et sont dignes d'une personne ayant un esprit clair et une maîtrise de soi très forte. (toute mon estime Fersen!). Contrairement à Oscar qui a une sérieuse tendance à aimer se voiler la face, Fersen ne peut rester longtemps dans le mensonge et il a une manière plus Franche que brusque de rétablir la vérité :

 

1. Ainsi, bien qu'il pensait avoir oublier la Reine il reconnaît rapidement de lui-même qu'il s'est laisser abuser et adopte l'attitude qui correspond à la vérité : il va revoir la Reine dès que l'occasion est favorable.

 

2. Un autre exemple, après le fameux soir où Oscar, revêtue pour la première et dernière fois d'atours féminins, dansa avec lui à la Cour, il est avec elle à boire un verre de vin devant la cheminée, quand il reconnaît à son geste élégant de la main la mystérieuse jeune femme de la veille : elle. Beaucoup de fans de Lady Oscar on pensé qu'il s'était comporté comme un véritable rustre sans aucun tact pour l'avoir ainsi découverte et "humiliée". En fait, Fersen y a plus vu une confirmation de ce qu'il supposait déjà ("vous me faîtes penser à une personne que je connais bien et qui vous ressemble" - lors d'une de leurs danses) et son coeur a parlé directement. Il n'a pas laisser traîner de soupçons ou de malentendus entre eux.

 

3. Plutot pour illustrer ce caractère plus franc que brusque parfois, c'est ce détail lorsqu'il ramène Oscar blessé au chateau des Jarjayes et que Grand-Mère veut les (André et lui) faire sortir de la chambre. Fersen répond du tact au tact à peu près ceci : "Mais croyez-vous que ce soit le moment de faires des simagrés? Ouvrez donc la chemise!". Il avait raison mais il n'était pas chez lui.

Comme il le dit lui même à Oscar en parlant de la Reine "je ne suis qu'un étranger partagé entre deux patries". Fersen ne semble bien nul part, (exepté auprès de la Reine) mais il fait preuve d'un remarquable

 

 

Altruisme/empathie envers ceux qu'il aime ou estime. Ainsi loin de se replier sur lui-même ou d'en vouloir à la Reine, il comprend et devance sa requête citée plus haut. Il écoute aussi Oscar lui découvrant son coeur et sa douleur de l'aimer et loin de la juger, de rire ou de s'offusuqer il l'a laisse se décharger puis lui parle doucement. Un dernier exemple pour la route : bien que surpris sur le coup, il ne se permet aucune réflexion sur les sentiments qui animent Oscar envers André la nuit de l'émeute de Saint Antoine où elle criant "André, mon  André..." Fersen comprend même à demi-mot la situation et sans exigences ou jugement il agit dans le sens d'aider André, un roturier pour lui car il est noble et Fersen regarde toujours vers le haut de la hiérarchie, jamais vers le bas. Il a toujours fait preuve de Tact et de respect envers les sentiments humains.

 

Enfin, la plus part d'entre nous s'accorde sur le fait que c'est par Fersen qu'Oscar prend conscience de son côté féminin parce qu'elle s'est mise pour lui en robe de bal, elle a accepté de reprendre sa condition naturelle, ce qui est incroyable quand on sait qu'elle a elle-même du mal à s'avouer qu'elle ne peut encore longtemps mener son double jeu sans que son coeur ne la trahisse. Mais c'est plutôt un aboutissement d'une situation "classique" entre eux d'eux : Oscar a toujours été considéré comme une femme par lui et par lui seul (excepté André, mais c'est n autre cas). Ainsi à son retour des Amérique, il ferraille et galope avec André alors qu'Oscar est à part, elle les observent seulement : elle est replacée dans sa condition de femme. D'autre part, le fait qu'il l'ai choisi comme confidente de ses amours a eut aussi un rôle déterminant sur ses sentiments. Oscar est face a de l'amour, c'est la première fois (où en aurait-elle vu? Chez son père et sa mère? Non. De la triste Charlotte de Polignac qui pour fuir un mariage forcé à préférer mourir? Non plus, etc.), depuis ses 14 ans où elle a revêtu l'uniforme elle n'a jamais vraiment été confronté à cette situation. Fersen est pour elle une révélation de son coeur, de ses envies, de ce côté féminin qu'elle a toujours voulu étouffer. Tellement même qu'elle a un côté romantique et naïf (cf lorsqu'elle s'offusque contre Fersen derrière un pilier lors d'un bal parce qu'il a épousé une jeune femme qu'il n'a jamais vu.

Enfin une dernier point. Je reviens simplement sur le face à face lorsque Fersen découvre qu'Oscar est la mystérieuse jeune femme du bal.


1/ Tout d'abord, il ne découvre pas vraiment, il cherche plutôt à avoir un indice de confirmation. Fersen ne  cesse de la questionner "Savez-vous Oscar quelle est la dernière fois où nous nous sommes vu?" En vain, Oscar ne se trahit pas.

 

2/ alors il fait plus subtil et la première chose qu'il raconte quand Oscar le prie de parler de lui et non plus d'elle c'est de sa mystérieuse rencontre il y a un mois avec une magnifique jeune femme au bal qui lui ressemblait tant. Et là, entre ce petit blanc observez bien le regard incisif de Fersen qui semble demander "Alors?" tout en guettant sa réaction. Remarquez aussi qu'en galant homme il a exposé la situation en faisant son compliment ("Une merveilleuse jeune fille aux yeux bleus nuit" ou quelque chose comme ça).

 

3/ ça y est Oscar se trahit. Dehors en pleurs devant l'écurie il lui dira "Puissiez-vous n'oublier jamais que vous êtes et que vous resterez ma seule amie que j'ai eut sur cette terre de France." On retrouve donc cette façon qu'il a toujours eut de voir Oscar.

 

4/ Il finit par ces paroles "Au revoir Oscar, mon ami ". Fersen a toujours considéré Oscar comme une femme mais son adieu replace seulement leur statut imposé et réciproque, et rappelle tristement leurs paroles quelques instants plus tôt "Je vous comprends Oscar, ce que vous ressentez j'en ai fais l'amère expérience. Il n'y a pas de place en ce monde pour l'amour...non pas de place". Tout est dit et c'est l'une des trames principale de Lady Oscar.

 

 

Petit plus


Un site internet très complet sur Axel de Fersen (le vrai) à http://axelvonfersen.free.fr

Actualités

Traduction de "Courage", une histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée dans la section qui porte ce nom.

Une histoire d'amour maudite sur  sur 4 générations...

 

Traduction de "Début de printemps" ainsi que de "Lilou à Canterbury", unes des 1ères oeuvres d'IKEDA (section Autres)

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar