Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

L'intrigante et rusée Jeanne qui aura le destin d'une étoile filante...

.

.

De son prénom Jeanne de Valois-Saint-Rémy  née le 22  juillet 1756, et dont sa généalogie royale est attestée. Après la ruine définitive de  la baronnie, la famille s'installe à Boulogne d'où ils se feront  chassé pour impayé. Obligées de mendier, Jeanne et sa  soeur sont pourtant  recueillies par une vieille dame noble, Madame de Boulainvilliers,  qui leur  donne une éducation aristocratique. Mais Jeanne s'enfuie,  et  reviens auprès d'elle dès que le besoin d'argent   se fait urgent.  Elle s'illustre dans l'affaire du Collier de la Reine qu'elle a fomenté.

 

 

Similitudes


  • L'affaire du Collier et la manipulation du  Cardinal de Rohan 
  • Elle a été condamnée à  être brûlé au fer rouge du V sur chaque épaule puis enfermée à la Sâlpétrière. Or elle s'est belle et bien débattue comme un fauve ce qui fait que le bourreau  la ratée et lui a tatoué un V sur le sein.
  • Elle s'est enfuie deux ans plus tard en Angleterre  pour publier ses mémoires
    Sa rancune et sa haine contre la société derrière son caractère fort et orgueilleux (cf. le procès).

.

.

 Différences

  • Sa soeur ne s'appelle pas normalement Rosalie mais Marie Anne (née le 2/10/1757).
    Les deux soeurs ont été recueillies   et non pas simplement Jeanne, cependant Marie Anne est  restée dans l'ombre.

 

  •  Jeanne, loin de la jeune femme qui porte la bague  de sa mère au doigt et qui est soulagé de savoir que Rosalie,  sa chère soeur, ne l'a pas trahie, ne s'est jamais soucié d'aucun des membres de sa famille.

 

  • Jeanne n'a pas tué sa « bienfaitrice » puisqu'elle l'a exploité jusqu'au bout, mais personne ne sait si c'est en la maintenant dans un climat de peur ou en revenant et jouant la comédie d'une gentille jeune fille. (Je penche pour la 1ère hypothèse)

 

  • Elle se marie à un policier militaire et non à un soldat de la Garde Royale.

 

  • Sa première aide ne fut pas Nicolas de la Motte comme le montre le DA, mais l'aventurier Cagliostro.
    Jamais elle n'aurait porté une bague ou un quelconque objet venant de sa mère qu'elle haïssait, la rendant responsable de la déchéance de la famille.

 

.

.Quelques traits de caractère

 


Jeanne est la méchante par excellence, surtout dans la première partie réalisée par Nagahama, où ambitieuse, orgueilleuse, elle n'hésite pas à écarter sa soeur de misère, et battre puis tuer sa bienfaitrice, comme une vengeance symbolique sur le monde de la noblesse. 

 

Pourtant Jeanne est une femme écorchée vive, une femme qui, à l'inverse de Rosalie qui a tout reçu sans donner d'elle même (la protection d'Oscar, puis celle de Bernard, etc.), a voulu par elle-même réussir, s'élever de la boue à la puissance et surtout recevoir de la reconnaissance. Et sa haine et sa patience machiavelique sont guidées, oui par l'appat du gain, mais surtout par ce besoin de reconnaissance. Mme de Boulainvillers les a prise toutes deux par pitié, Jeanne ne pouvait l'accepter intérieurement, c'est pourquoi elle n'a eut aucun scrupule, comme elle n'a eut aucun scrupule à entacher la royauté du plus beau scandale de l'époque, cette même société qui l'a méprisée et réduite à rien.
D'une mère qu'elle ne connaît pas, elle porte la bague comme un illusoire réconfort, quelqu'un, parce qu'il est mort a peut-être pu l'aimer, mais en tout cas n'as pu l'a haïr ou la mépriser. De Rosalie, elle ne retiendra que l'image d'une soeur qui toujours l'a aimé et l'a démontrer en gardant son secret, cette soeur que elle, Jeanne, avait si bien écarter de son chemin et de son esprit. D'ailleurs cette lettre dans laquelle elle se dévoile et lui donne le lieu où elle se cache est un défi, mais aussi un appel caché : Jeanne cherche, même si c'est la fin, ce qui réellement aurait dû compter pour elle, elle évalue tout ce qu'elle a gaché.



Enfin, Nicolas, bon bougre mais faible de caractère,  Jeanne ne l'a pas aimé au sens plein du terme, mais elle avait assez  d'estime, d'affection voire même de "reconnaissance" pour son dévouement  aveugle. Quand elle le tue, elle lui parle  comme à un enfant  à qui on explique une chose capitale pour son bien, comme une mère  à son enfant.
Son suicide est le résultat de tout ce qu'elle a évalué : ni la société ni la haine qu'elle lui a voué jusqu'au bout n'a pu lui apporter la paix et le bonheur qu'elle cherchait, seule les pensées et les souvenir se rattachant à sa famille ont formé comme un appel au secours dérisoire.

 

Petit plus

Cf. le Collier de la Reine d'Alexandre   Dumas
Jeanne de la Motte Valois, Mémoires justificatifs de la comtesse de Valois, 1788

Actualités

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar