Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

L'odieuse impunie !

.

.

De son vrai nom Gabrielle Yolande Martine de Polastron, née le 08 Septembre 1749 à Paris et morte le 05 Décembre 1793 à Vienne. Elle épouse le 31 Décembre 1745 à Paris Jules François Armand de polignac et devient Julie de Polignac. Aujourd'hui la famille de Polignac est affiliée à la famille royale de Monaco (rien que ça!). Confidente de la Reine, elle est intrigante et sans scrupules. Lors de la Révolution, elle sera l'une des 1eres à quitter Versailles et à abandonner le couple royal.

Julie de Polignac apparaît dans l'oeuvre de Ryioko Ikeda comme une jeune rossignol qui envoûta par sa simplicité, sa franchise et sa douceur le coeur de la Marie-Antoinette par son chant, telle une sirène : belle mais fatale. Elle fait partie du trio des femmes terribles dans la lignée de Mme de Barry et de Jeanne de la Motte.

 

 

Une femme sans morale

 

  • Sans morale, elle a un enfant illégitime, Rosalie, sans être mariée et l'abandonne à une pauvresse sans plus jamais sans soucier. Bien que cela soit fréquent à l'époque, en général l'enfant est confié à la campagne et chaque mois la mère envoie de l'argent. Mais devant le mariage décisif avec le comte de Polignac (très puissant), elle efface tout son passé devant son ambition. 

 

  • Elle aura un fugitif remord après la nuit où Rosalie voulut la tuer et où elle apprend que c'est sa fille naturelle. Mais bien vite ce sentiment s'efface devant son ambition : Rosalie remplacera Charlotte et accomplira l'alliance avec le duc en l'épousant, assurant ainsi l'avenir de la famille.

 

  • Un mari, oui mais lui on ne le choisi pas contrairement à l'amant. Alors que Marie-Antoinette tente de refréner son attirance pour Fersen (dans le manga) la Polignac lui lance tout de go qu'avoir un amant n'est rien pourvu que l'on soit discrète comme elle même le fait, et elle l'encourage sur cette voie. Marie-Antoinette tiendra ferme son rang et son honneur (et bisque et bisquera Mme de Polignac!).

 

  • Comme les bals de Versailles sont ennuyeux... mais comme les bals masqués de l'Opéra sont attirants (et dangereux pour la réputation de Marie-Antoinette). Allons s'amuser, la vertu est pour les faibles (ce qu'est Marie-Antoinette dans sa relation avec la Polignac).

 

  • Oscar la gêne. Comment ce petit Colonel ose-t-il contrarier ses plans et prendre le contre-pieds de ses avis devant la Reine qui s'incline (notamment pour la question des jeux d'argent) ? Décidée à éliminer ceux qui l'a contredirait, elle n'hésite pas à tuer, à l'instar de la Du Barry.

 

  • Reine du mensonge pour assurer son pouvoir et sa fortune, elle tient entre ses mains la réputation de la Reine : elle convainc Marie-Antoinette de faire croire qu'elle est enceinte pour faire taire les rumeurs de stérilité, et lui propose de corrompre le médecin (qui se laissera faire). Puis, au moment de la naissance elle apportera un bébé, le sien peut-être ?!! L'histoire finie par l'annonce d'une fausse couche. Elle n'a par ailleurs jamais assez d'argent et trouve toujours quelques stratagèmes pour avoir des subventions de la Reine ou des postes pour sa famille. 

 

  • Après le 14 juillet qui sonne le départ de l'immigration, Mme de Polignac ne restera pas longtemps en France. Préservant sa fortune, elle se réfugie à l'étranger dès le début et abandonne sans remord la Reine. Amitié avez-vous dit ? Avons-nous le même dictionnaire?

.

 

.

.

Une femme matérialiste

 

Froide et insensible à la douleur de sa fille, Charlotte, 11 ans qu'elle veut marier à un vieux barbon libidineux, le fameux Duc, elle ne comprendra jamais l'acte de Charlotte qui se suicida. Quelle imbécile ! elle qui aurait pu devenir Duchesse et être riche ! 

 

 

  • Les jeux d'argent  sont interdit car leurs Majestés joueraient avec l'argent de l'Etat. Qu'à cela ne tienne, la Reine s'ennuie, et la Polignac a les moyens de la distraire et de se faire de l'argent sur son dos. Les jeux d'argent seront remis sur son impulsion au goût du jour et la perdante sera toujours la même : Marie-Antoinette. Par ici la monnaie !

 

  • Comédienne, elle se moque bien des sentiments de Marie-Antoinette. Ce n'est pour elle qu'une vache à lait. Elle obtient, argent, honneurs et postes pour sa famille et tant pis si le royaume s'écroule et si Marie-Antoinette est malheureuse. Quoi elle serait amoureuse de ce bel étranger, Axel de Fersen? Jamais !  Et s'il venait à la surpasser dans le coeur de la Reine, non ce n'est pas possible, elle mettra tous les bâtons dans les roues non par moralité mais par jalousie et matérialisme.

 

  • Usant de népotisme, elle place tous les membres de sa famille à des postes importants s'assurant un réseau indéfectible et redevable autour d'elle. Et puis l'argent de son mari, n'en profit-telle pas aussi ?

 

Une femme qui a le (drôle) sens de la famille

  • Décidée à éliminer ceux qui l'a contredirait, elle n'hésite pas à tuer, et ce en famille. Un de ses frères (oncle de Charlotte) est chargé d'assassiner Oscar dans une embuscade. Plus tard s'est un lustre scié qui manquera de l'écraser. Avait-elle un cousin préposé à l'entretien des lumières ?

 

  • A quoi peut bien servir une fille, surtout qu'elle coûte cher à doter ? Mme de Polignac a résolu le problème par le mariage de sa fille de 11 ans à un vieux Duc vicieux mais riche et puissant. "Charlotte il faut vous sacrifier pour le bien de la famille!" - Mme de Polignac à sa fille. Le mot sacrifice n'est pas trop faible. Chaque membre de sa famille est un pion qu'elle place à son bon plaisir et selon les avantages que cela lui rapportera. Bref c'est une femme sans scrupule, profondément égoïste et matérialiste. Rien à voir en fait avec le sentiment de la famille. La famille est un moyen pour arrivé à ses fins, et bien uniquement un moyen.

 

 

Lorsque Charlotte meurt, Mme de Polignac semble effondrée. Mais, quels sont l'une de ses 1eres pensées? "C'était un accident!" et oui, le suicide est interdit par la loi et par la religion. Quelle tache pour la réputation des Polignac ! Elle n'a pas prononcé ses mots pour assurer à Charlotte un enterrement décent, non mais bien par souci d'apparence.

Actualités

Traduction de "Courage", une histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée dans la section qui porte ce nom.

Une histoire d'amour maudite sur  sur 4 générations...

 

Traduction de "Début de printemps", une des 1ères oeuvres d'IKEDA (section Autres)

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar