Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Panorama d'un royaliste bien loin des idées révolutionnaires

.

..

 

.

François Augustin Reynier de Jarjayes (1745-1822)

.

..

 

.

Ancien directeur adjoint au dépôt de la Guerre, marié en deuxième noce à l'une des premières femmes de chambre de la Reine. Dévoué à la cause royale, il est intelligent et discret. Lors de la fuite de Varennes, il participe efficacement à l'exécution matérielle de ce projet. Lors de la conspiration des Oeillets, c'est au château de Livry, au nord de la France, que Marie-Antoinette devait être cachée avant de gagner l'Allemagne. Or ce château appartenait aux Jarjayes. Puis une partie de la famille (les frères du Roi) fuient la France et trouve refuge à Turin (Italie) un temps. C'est de là que l'un des membres de Jarjayes (le père il semblerait) mène les visées contre-Révolutionnaires en collaboration avec le Prince d'Artois (frère de Louis XVI).

 

 

Similitudes

  • Le lieu: Arras et Livry sont toutes deux des villes du Nord mais Livry est plus à l'extrémité normande et Arras au sud du Pas de Calais.
  • Profession: identique.
  • Mariage : Madame de Jarjayes (Louise Maguerite de Laborde) est bel et bien l'une des dames de la Reine.
  • Sa résidence proche de Paris : Jarjayes habitait l'ancien hôtel particulier de Lulli (compositeur en titre de Louis XIV) rue Helvétius (aujourd'hui rue Saint Anne)
  • Caractère: discret et appliqué dans les tâches qu'on lui confie.

 

Différences 

Alors que le véritable Jarjayes est un royaliste fidèle et zélé visible surtout pendant et après la Révolution, Oscar est quant elle une royaliste avant la Révolution, puis une révolutionnaire active en embrassant le parti de cette dernière.

 

Information anachronique !

  • Selon les recherches d'Eglantine, Jarjayes a épousé Mme de "Jarjayes du dessin animé" en 1787.
  • Selon Juliette Benzoni Jarjayes a épousé Mme de  "Jarjayes du dessin animé"  en 1779 à l'âge de 34 ans.

      =    Or Oscar est née en ... 1755 ! dans tous les cas, la généalogie que fait Riyoko Ikeda est quelque peu distordue ! sauf si on considère Mme de  "Jarjayes du dessin animé" comme étant la 1ère épouse du général (qui a eut des filles). Ca complique un peu tout et puis Riyoko est mangaka, pas professeur d'histoire française, non?

 

Quelques traits de caractère du comte de Jarjayes Père :

 

C'est un homme étrange, dur et froid au caractère d'acier trempé. Il a une définition de l'honneur, de son nom  et des quant dira-t-on" très poussée. Excepté Oscar, je ne crois pas que le reste de sa famille le préoccupe outre mesure, peut-être est-il même misogyne par culture de l'époque. Un détail significatif est l'absence des 6 soeurs et quasi celui de sa femme que ce soit dans le DA ou dans le manga. Cependant il semble être profondément seul intérieurement. On lui connaît les amitiés du Général Bouilly ("N'abusez pas Oscar de l'amitié que je porte à votre père") et sa participation à certains conseils royaux dans le domaine des armées dû à sa fonction, mais ses activités restent dans l'ombre. Parfois je me demande même s'il n'est pas un peu un Beaumarchais sur les bords, c'est-à-dire un vendeur d'armes derrière sa fonction officielle (cette réflexion n'engage que moi). En effet on sait pertinemment qu'il négocie et achète des armes de collection d'origine internationale pour son compte, mais dans un des épisodes une remarque est lancée comme quoi son CHARGEMENT d'armes avait été dérobé. Hum... Je vous dirai mes impressions après avoir finis de lire le manga dans une traduction anglaise que j'ai trouvé. (après avoir fini le manga, non ce n'est pas un Beaumarchais, les armes étaient une commande de l'Etat).

Juliette Benzoni le décrit comme suit dans son livre : "De toute évidence, M. de Jarjayes n'était pas facile à manier. Il était de ces hommes qui, leur décision arrêtée, ne se laisse retenir par aucun n'obstacle et n'accepte aucune critique".

 

D'autre part, si Oscar n'est qu'à sa naissance une fille de plus dans la famille, sa  relation avec son enfant va se modifier au fur et à  mesure qui va le modeler. Il va lui même s'occuper de former son esprit et son corps aux règles du monde des hommes; et il se rapproche ainsi petit à petit jusqu'à  si attacher à tel point qu'il en fait sa raison de vivre : il en est si fier!. Oscar n'est plus seulement   l'avenir et la gloire du nom des Jarjayes dans les Gardes Royales et le lien qui prolongera héréditairement ce nom, mais une personne à part : elle passe du statut de l'avenir de la famille au statut de son avenir à lui.

 

 

De plus en plus le Général lui délègue des pouvoirs pour diriger la maison. Un petit exemple lorsqu'il a laissé la responsabilité de sauver l'honneur des Jarjayes à Oscar lors du complot de la du Barry contre Mme de Jarjayes qu'elle accusait d'empoisonnement. C'est d'ailleurs encore plus visible dans le manga où Oscar doit choisir POUR sa mère de se ranger soit du côté de la favorite ou de la jeune dauphine : "Toutes ces bassesses de famille qui s'entre déchire, André. Ils ne savent pas de quel côté se ranger : celui de Marie-Antoinette ou de du Barry. Bien, je ne trancherai  pour aucun des deux! J'observerai simplement  comment le duel tourne... ça risque d'être intéressant."

 

 

On peut noter 4 choses :

 

1/ ce n'est pas au Général de trancher puisqu'il ce n'est pas lui le centre de l'histoire mais Oscar, on est d'accord
2/ puisqu'il a élevé Oscar comme son héritier, il est donc normal qui lui délègue un grands nombres de responsabilités (la jeunesse d'Oscar n'a pas la même valeur que la notre aujourd'hui)
3/ Oscar est sur place pour gérer au mieux et le plus rapidement la situation
4/ il semble que le Général soit souvent en déplacement pour négocier ses achat d'armes de collection ou pour des affaires professionnelles dans l'armée.

Il n'en reste pas moins un personnage des plus durs et distants même avec Oscar, ce qui peut s'expliquer par le fait que, militaire dans l'âme et dans ses manières, il ne peut présenter qu'un visage et une attitude des plus fermes et des plus fermées. D'ailleurs au tout début , il est vrai, il était vraiment odieux à la naissance d'Oscar (cf. son visage crispé par la colère), mais petit à petit elle a prit sa place auprès de lui jusqu'à devenir son talon d'achille. Ses coups de colère envers elle ne sont que le résultat de ce qu'il pense être un opprobre survenu sur sa maison et toujours cette peur du regard des autres   sur les Jarjayes donc sur lui, le tenant du titre en chef. 

Un exemple


Lorsqu'il  lève son épée vers Oscar qui a bafoué les commandements royaux pour laver l'honneur dans le  sang il a pourtant prit la peine de la faire asseoir,  d'expliquer son geste et à ce moment là de trouver le   courage d'être sincère avec lui même et de lui avouer   : "car comment pourrais-je survivre à la honte (on  retrouve le regard d'autrui) d'avoir dû supprimer celle   qui m'étais le plus cher au monde. Assez mon enfant que j'ai  tant aimé."  A n'en pas  douter, le Général, dans sa douleur se serait supprimer  ensuite.
Notez également le glissement de "se sera Oscar,  mon fils!" à la naissance et cet  emploi de  "celle" maintenant. Oscar a bel et bien prit sa place dans son coeur qui lui est incroyablement attaché,  il l'accepte dans son entier, telle qu'elle est.
        

Mais sa réaction et celle d'Oscar à l'arrivée du   messager est révélateur  de cet amour paternel et   de la sourde rancoeur d'Oscar vis à vis de lui. Alors qu'elle est sauvée in extremis par le pardon royal  annoncé par le messager, le Général lui demande pardon  avec larmes et sincérité : mais elle refuse. Du haut de   la balustrade, au côté d'André, elle reste de glace,   le visage fermé. Alors qu'elle pardonne X fois à André  qui n'a quasi jamais de raisons valables ("une rose  restera toujours une rose" et les gestes qui s'en suivront, etc.) elle rejette son père. D'ailleurs lorsqu'André s'est interposé manquant d'abattre son  père par une balle (mais c'est lui qui mourra ainsi) ça  ne lui a fait ni chaud ni froid.

 

Un autre exemple de l'amour profond et sincère, bien que mal exprimé,  du Général pour Oscar sont ses paroles qu'il lui adressa alors qu'elle était entre la vie et la mort  après l'embuscade manigancée par Mme de Polignac :"Oscar, mon enfant, vous devez vivre [...] Faites le pour moi par pitié. Je sais que je ne le mérite pas. Mais... Mais je vous en conjure, vivez Oscar, vivez" [agenouillé, sa main dans la sienne, pleurant alors qu'André et surtout Fersen sont dans la pièce]. Mais Oscar se réveille sur les dernières paroles et pensées d'André, occultant totalement son père.

Enfin, c'est la recommandation d'Oscar à André dans l'écurie.

Plus le temps passe et plus le Général se reposait entièrement sur Oscar, la voyant grandir et devenir estimée, belle et accomplie.
En fin de compte, le Général est lui aussi un personnage torturé, un personnage qui n'a pas réussi  être aimé tant par son propre enfant qu'au travers de nos yeux à nous, comme lui même d'ailleurs n'a jamais su aimé.
 

Petit plus

Archives départementales des Hautes-Alpes. Archives de la seigneurie de Jarjayes par Louis Arthaud, 1948. 


Ce livre (que je n'ai jamais lu car jamais eut accès malheureusement) semble se trouver exclusivement à la BnF sur le site de Tolbiac (la bibliothèque classique de la BnF), d'où la preuve de l'existence de deux familles de Jarjayes

"Réponses", in Le Figaro du 30/10/1912 et du 10/11/1912 sous le sous titre "Les billets de Marie-Antoinette à Jarjayes". (famille du Nord)
"Au mois de mars 1793, un officier municipal nommé Toulan et le chevalier de Jarjayes formèrent un complot pour délivrer la famille royale du Temple..."
La Reine refusa de partir pour ne pas être séparée de ses enfants (véridique!).

 

Il existe encore quelques uns de ces billets adressés à Jarjayes, dont a hérité une de ses filles (et oui! quoiqu'il avait le choix si dans la réalité aussi il en avait autant que dans le Dessin Animé ) : Madame de Bourcet qui l'a transmit à sa fille, où aujourd'hui l'on sait que la Reine évoque à mots couverts Fersen  dans cette phrase :"Je désire que vous la remettiez à la personne que vous savez être venu me voir de Bruxelles l'hiver dernier, et que vous lui disiez en même tems que la devise n'a jamais été plus vraye..." (Quelle devise?!)"

 

Vous avez aussi le  portrait rapide qu'en dresse Juliette Benzoni (historienne avant d'être romancière) dans sa trilogie "Le Jeu de l'Amour et de la Mort" tome 2 "La mMesse Rouge".

 

Actualités

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar