Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Une Jeanne qui a su avoir argent et pouvoir plus longtemps...

De son vrai nom Jeanne Bécu.

 

Ce fût à l'âge de 19 ans que la jeune femme se fit remarquer par l'odieux Jean du Barry, qui  n'était qu'un proxénète; elle devint sa maîtresse, jamais sa femme (c’est le roi qui la mariera au frère de Jean du Barry, ce dernier étant déjà marié). Le comte du Barry eut alors l'idée d'offrir sa maîtresse au roi Louis XV, en remplacement de Madame de Pompadour. Au préalable, il fallait affiner la personnalité de Jeanne; pour cela, il fit appel aux meilleurs  maîtres en matière de littérature, philosophie. Sa beauté alliée à une intelligence fine des sciences ensorcela Louis XV qui en fit sa maîtresse. 
    

Sous la Révolution française, elle s'est pensée intouchable, et bien qu'ayant des attaches à Londres, elle continuait de vivre en France. Elle mourut guillotinée durant la Terreur condamnée par le Tribunal Révolutionnaire  (la Révolution l'aurait oublié si elle n'avait pas étalé  ses richesses à la vue de tous et surtout si elle n'avait pas saisit  la justice parce qu'on lui avait dérobé des bijoux à son pavillon de Louvenciennes). Elle fut si épouvantée lorsqu'elle connue son arrêt de mort, qu'elle était évanouie quand on la mit sur la planche de la guillotine.

Similitudes

             

Le dessin animé est vraiment fidèle  au personnage du début à la fin, en passant par le caractère,  comme par sa fuite dans un couvent à la mort du roi qui n’a  pas pu la reconnaître comme maîtresse officielle (due à  l’étiquette) ce qui lui aurait permit de rester à Versailles  ; ou encore les intrigues.        

     

Petit plus :  

Cf. Balsamo d’Alexandre Dumas

Actualités

Traduction des six nouvelles d'AYAKO à retrouver dans la section du même nom + le 1er tome de l'Anneau des Nibelungen.

 

Ajout d'une réflexion sur "Le symbole de mort par la disparition dans l'eau" dans la section Thèmes : quand les personnages ne renonceront jamais à leur amour impossible, aussi bien de leur vivant, que dans leur mort.

 

Introduction à une nouvelle histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée à découvrir dans la section dédiée et ce, toujours grâce à Bishoujo Love.

 

Mise en ligne de la première histoire en VO de La Grenade Bleue, un manga de Riyoko IKEDA.

 

La phrase...

"Si nous sommes condamnés à souffrir, nous n'en aimerons pas moins intensément !

Et ce, jusqu'à la folie s'il le faut !!"

- David (dernier tome de la Fenêtre d'Orphée)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar