Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

L'ADULTERE : Les Polignac et Valois

Vers la fin de la Monarchie Absolue, l'adultère était plus que fréquent. Il était toléré pour les maîtresses royales (comme Mme de Montespan et Louis XIV où le marquis de Montespan piquait des crises mais en vain. C'était lui qui était considéré comme ridicule par son attitude) car elles étaient distinguées par le Roi lui-même et surtout elle tirait avantage de leur position pour la famille. Ce n'est qu'à l'approche de la mort des Roi qu'elles avaient du souci à ce faire comme Mme du Barry, car l'Eglise appréciait à rappeler le Roi à ses devoirs moraux s'il voulait recevoir l'extrême onction.

 

La noblesse avait, aussi bien hommes que femmes, des amants ou maîtresses, et ne sans cachait plus, alors même que Louis XVI et Marie-Antoinette (sur les débuts)étaient assez rigides sur le sujet de la moralité (cf. le film "Ridicule" de Patrice Leconte). En revanche, cela n'avait pas court chez la Bourgeoisie, et sous la Révolution les "citoyennes" avaient plutôt intérêts à être sérieuses.

 

Dans l'encyclopédie des Lumières à l'entrée "Adultère", l'article ne condamne plus la femme (ce qui était systématiquement le cas auparavant, même si c'est l'homme qui était en tort) et l'explique par le plaisir, la passion, etc. Bref ça peut arriver. Toujours dans l'Encyclopédie des Lumières, à l'entrée "Mariage" on émet rapidement l'idée de divorce après avoir élevé les enfants. C'est un fort changement de mentalité. La société de la fin de l'Ancien Régime ressemble un peu à ces civilisations qui sont tombées et qui ont d'abord été précédées par la disparition de la morale et de la famille. Elle se centre sur l'individu, le moi, l'argent et le pouvoir. Prendre un amant c'est décider, c'est aussi aller au delà d'une règle et donc avoir du pouvoir. A chaque Roi, la Cour n'était pas un lieu de sainteté, mais cela était plus ou moins officiel. A la fin des années 1700, c'était courant, alors même que l'on souhaitait soi disant revenir aux valeurs naturelles (la famille et l'allaitement d'un enfant, l'éducation d'un enfant par les parents eux-mêmes...).

 

Voici une carte que j'ai trouvé au Palais Royal de Suède et concernant les mouches sur le visage, ce qui est très éloquent quant aux moeurs de l'époque car une seule n'est pas aguicheuse ("je suis mariée", bien que...) :

.

Avoir un amant pour un noble c'était :

- mettre du piquant dans sa vie (plutôt oiseuse),

- montrer sa puissance et sa capacité à séduire (ils avaient une peur bleue de vieillir et d'être écarté, et comme à 40 ans on était vieux...),

- monter son réseau personnel pour les intrigues, les informations ou les faveurs à prendre (assez moderne comme attitude),

- trouver des sources de revenus supplémentaires.

.

Ex.: Mme de Polignac : elle avait des amants et c'est même vue inciter Marie-Antoinette à prendre un amant puisque le Roi ne se montrait pas à la hauteur : " voyons Majesté, tout le monde à un amant, moi par exemple!" lui dira-t-elle.

 

 

Ex : Jeanne de la Motte : un enfant naturel (= adultérin ou hors mariage) (ou Mme de Polignac avec Rosalie (non vérifié par l'Histoire)), ce qui était très courant à l'époque. Jeanne a eu une mère car c'est son père qui était noble. Dans ce cas de figure, si le père ne mourrait pas, il entretenait sa maîtresse. On comprend ainsi  la rage de Jeanne qui a eut un père qui a vécut peu de temps. Sa mère fut méprisée et chassée car elle était  femme et non noble. C'était la réalité de l'époque.

Si c'était une femme (comme Mme de Polignac), on se retirait dans ses terres (sa propriété) ou chez de la "famille" pour accoucher discrètement, puis on confiait l'enfant à la campagne le plus souvent, et c'est des intendants anonymes qui se chargeaient de donner une pension à l'enfant  (quand ils le faisaient).

Actualités

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar