Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Le MARIAGE : Les Jarjayes, Châtelet, La Motte...

.

..

Dans Lady Oscar, il y a pas mal d'unions officielles : Rosalie/Bernard Châtelet, Jeanne et Nicolas de la Motte, Charlotte et le Duc (mariage qui ne se fera pas), etc.
Le mariage est l'institution par excellence, même si l'adultère est monnaie courante au siècle des Lumières, car il permet :
  • la continuation de la lignée,
  • les échanges d'intérêts financiers (on dit "mariage de raison" mais la vérité est bel et bien "mariage d'intérêts économiques" entre la dot, les échanges de terres, la rente, etc.),
  • le respect de la morale chrétienne telle qu'elle est conçue à l'époque
.
.
Ex.: Rosalie et Bernard Châtelet : un mariage bourgeois. Bernard est bourgeois, même s'il est révolutionnaire. Ce n'est pas incompatible. leur mariage est typique surtout après la Révolution, dans le dernier épisode de Lady Oscar où après la mort des 2 protagonistes, Bernard et Rosalie rendent visitent à Alain. Les habits, le carrosse assez simple, Rosalie ne travaille probablement plus. Seul l'homme rapporte de l'argent, la femme tient le foyer.
 

Ex. : Marie-Antoinette et Louis XVI : un mariage royal et organisé. Comme beaucoup de mariages royaux, les enfants servent de monnaie d'échange à la politique du moment (pour le cas de Marie-Antoinette et de Louis XVI : mettre fin à la guerre de Trente ans entre l'Autriche et la France notamment). On ne se rencontre pas avant, mais on  échange des portraits. L'épousée  perd tous ses repères nationaux pour entrer dans son nouveau pays. Ca se passe plus ou moins bien, mais l'épousée n'a rien à dire, ni ne doit se plaindre : elle est reine et sa tâche principale est de donner un héritier mâle au trône (sous peine de se voir répudiée, la stérilité étant un motif pour l'Eglise catholique - pas dans la Bible).

.
.
Certaines Reines ont été de grandes stratèges et ont gouvernées comme Marie-Thérèse, la mère de Marie-Antoinette, où Catherine de Russie qui a même fait assassiner son époux pour avoir le pouvoir.
D'autres on été passives ou malheureuses comme Marie-Thérèse d'Espagne mariée à Louis XIV qui a toujours vécue à l'Espagnol et fut méprisé par son époux, ou encore la soeur malheureuse de Marie-Antoinette mariée au Roi de Naples qui était horrible.
D'autres encore ont passé leur temps à intriguer ce qui valaient cher à ceux et celles qui les soutenait comme Anne d'Autriche, la femme de Louis XIII.
Enfin, comme Marie-Antoinette, certaines ont été des reines et se sont comportées comme telle : jeu, robes, plaisirs... et elles coûtaient cher à l'Etat.
.
.

Ex. : Jeanne et Nicolas de la Motte : un mariage de truands ! Là encore c'est un mariage d'intérêts économiques mais avec apports financiers de l'exterieur : plumer la Reine ! Nicolas fait partie de la toute petite noblesse, Jeanne descend des Valois, la branche royale ayant régnée avant les Bourbon. Leur alliance est purement stratégique pour ce qui est de Jeanne. Pour Nicolas, il y avait de l'amour. Ces deux là vivent un peu comme nous aujourd'hui : liberté absolue pour chacun des 2, esprit d'entreprises, etc. ils se sont mariés parce que le concubinage ne servaient pas leurs intérêts (Jeanne se faisant passer pour quelqu'un de bien, et quelqu'un de bien a cette époque est quelqu'un de marié).

.


Charlotte de Polignac - Duc de XXX = Charlotte est contrainte, de part son rang et la position favroable de sa mère en tant qu'amie de la Reine, de se marier à un vieux barbon libidineux qui pourra assurer la pérénité des finances des Polignac (nobles pauvres). Mariage arrangé par intérêts uniquement, comme c'était encore fréquemment le cas à cette époque (on ne choisit pas son mari, mais son amant seulement une fois marié), Charlotte est effrayée. Très jeune et peu au fait de l'amour comme une "adolescente" qu'elle est (coup de coeur pour Oscar), elle préfère le suicide pour ne pas perdre ses rêves et sortir d'une situation inextricable.

 

.

Ex. : de Diane de Soisson et du noble désargenté. Un mariage d'amour à priori, ce qui s'est avéré faux. A cette époque, la réputation de la noblesse en a prit un coup. Avant l'honneur, prime de plus en plus l'argent pour beaucoup. Les titres de noblesse s'achètent, on devient noble par la robe (= les magistrats comme Robespierre qui devienne de Robespierre), etc. Alors qu'il était honteux pour un noble de faire du commerce, beaucoup s'y lancent  avec plus ou moins de succès (ex. les actions dans la Compagnies des Indes) ou Beaumarchais vendant des armes aux américains, etc.

 

La noblesse désargentée revendique aussi le prestige et au 18e siècle une mésalliance (être noble et se marié avec quelqu'un qui ne l'est pas) devient de plus en plus courante. De nombreux bourgeois "vendent" leurs filles avec des dots considérables a des nobles en quête d'argent. Clairement, la jeune fille sait qu'elle est épousée pour son argent. Quel romantisme ! A l'inverse, des bourgeois tentent de se marier avec des femmes de la noblesse désargentées en se targant de leur fortune.  Diane en a fait les frais. De toute petite noblesse (peut-être même une noblesse achetée) elle se fait séduire par un noble ayant ses quartiers de noblesse mais désargenté. Ce qui aurait pu être une belle union d'amour devient une tragédie devant la cupidité de ce noble qui préfère une bourgeoise riche !

Actualités

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar