Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

Un schéma amoureux : la règle de 2

Alors, est-ce la règle de 2 ou la règle de 3 ? Et non je ne suis pas lunatique.

 

La règle de 3 s'applique pour l'intrigue amoureuse. Elle est le moteur de l'action, des passions, du suspense. La règle de 2 s'applique à l'intimité, à l'humain débarrassé (croit-il) du Destin.

Riyoko a utilisé les 2 schémas pour bâtir son histoire. Dans ce schéma de duo, on retrouve bien évidemment nos personnages de 1er plan avec :

.

.

1.   Oscar - André = l'amour au delà des préjugés. L'amour malheureux dont le Destin s'est joué à l'aube de la Révolution qui laissait pourtant  promettre l'épanouissement de cet amour (liberté, plus de classe sociale...).

Le pire car on croit que tout est enfin possible

.

.

2.  Marie-Antoinette - Fersen = l'amour éthéré. On joue à cache-cache, à je t'aime mais je ne peux pas.

C'est le duel entre le devoir et le sentiment.

.

.

.

3.  Marie-Antoinette - Louis XVI =  le mariage imposé. L'amour à sens unique. Mariés jeunes, incompréhension, il y a pourtant du respect. Mais ça s'arrête là.

N.B. : Riyoko aurait-elle un problème avec les couple marié ? Je n'en ai pas vu un heureux!

.

.

.

4.   Jeanne de Valois - Nicolas de la Motte = l'amour subordonné. Je t'aime mon amour et te suivrais au bout du monde. De caractère faible, Nicolas est pourtant un "bon bougre" auquel Jeanne s'attacha, plus parce qu'il était fidèle que vraiment par amour pur

.

.

5.   Rosalie-Bernard Châtelet = l'amour complémentaire. Bernard est révolutionnaire, tant mieux. Rosalie le sera aussi et le soutiendra dans son oeuvre !

Quand a M. et Mme de Jarjayes... c'est une relation matrimoniale conventionnelle où la femme fait les enfants (bien que Mme de Jarjayes ait un emploi auprès de la Reine). Ils ne se voient jamais (mais quand il y a des rencontres, cela semble finir régulièrement par des bébés)

 

Ce n'est pas de l'amour, mais constitue tout de même des duos   :

.

.

.

Mme de Polignac - Marie-Antoinette = l'amitié féminine. Ou presque. Personne n'a vraiment d'amiE chez Ikeda, si ce n'est en fait des rivales ou des profiteuses.

.

.

.

Robespierre et Saint Just = l'association idéologique

.

.

Alain - Diane = l'amour fraternel.

Basé sur une complicité avec un protecteur et un(e) protégé, l'un ne va jamais sans l'autre.

Actualités

Ajout d'une réflexion sur "Le symbole de mort par la disparition dans l'eau" dans la section Thèmes : quand les personnages ne reonceront jamais à leur amour impossible, aussi bien de leur vivant, que dans leur mort.

 

Introduction à une nouvelle histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée à découvrir dans la section dédiée et ce, toujours grâce à Bishoujo Love.

 

Mise en ligne des 50 premières pages en VO de La Grenade Bleue, un manga de Riyoko IKEDA.

 

Traduction de SAKURA Kyo, une histoire familiale compliquée basée sur des secrets de famille...

 

Traduction de "Courage", une histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée dans la section qui porte ce nom.

Une histoire d'amour maudite sur  sur 4 générations...

 

Traduction de "Début de printemps" ainsi que de "Lilou à Canterbury", unes des 1ères oeuvres d'IKEDA (section Autres)

La phrase...

"Si nous sommes condamnés à souffrir, nous n'en aimerons pas moins intensément !

Et ce, jusqu'à la folie s'il le faut !!"

- David (dernier tome de la Fenêtre d'Orphée)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar