Le monde de Lady Oscar
Le monde de Lady Oscar

La relation Mme de Jarjayes / Oscar

Absente ou tout comme dans son rôle de mère, Mme de Jarjayes est un personnage de dernier plan dans le dessin animé. Fragile et douce, c’est une femme effacée tant derrière son époux que derrière ses enfants. Connue pour être au centre d’un complot de la Du Barry qui a voulu l’accuser – et accuser à travers elle la dauphine Marie-Antoinette – d’empoisonnement, Mme de Jarjayes  apparaît désemparée face au danger et ses conséquences, danger dont elle est tout à fait consciente. Oscar n’apparaît alors que comme celle qui sauve l’honneur des Jarjayes c’est-à-dire de la famille et non de sa mère en particulier. Absente encore au chevet d’Oscar plusieurs fois malade et blessée, aux portes de la mort, mais qu’elle est donc cette mère indigne ?


Effacée, oui mais à la voix passive car c’est bel et bien le dessin animé qui l’a effacé au profit de grand-Mère qui joue à elle seule les deux rôles de mère et de femme de chambre/nourrice. Bien au contraire, dans le manga,  Riyoko Ikeda accorde au personnage de Mme de Jarjayes un certain relief,  non par elle même directement mais plutôt par les sentiments d’Oscar à son endroit. Oscar a toujours eu des propos très tendres et très doux pour sa mère. C’est la seule d’ailleurs.

 

N.B.: Je ne commencerai pas par des images de la naissance d'Oscar puisque Mme de Jarjayes n'apparaît pas ! Le bébé est déjà dans le couffin et Madame de Jarjayes aux oubliettes...

.

.

.

"Quel que soit mon choix, ma mère aura à en souffrir... et puisqu'il me faut trancher..."

.

.

.

"Mère, en contre partie, je veillerai toujours sur vous"

Oscar a choisi pour sa mère la personne à servir à savoir la Dauphine, lors de la querelle Du Barry / Marie-Antoinette.

C'est vraiment la première fois où il y a un échange Mère-Fille. C'est un échange autoritaire, puisqu'Oscar représente l'homme, le chef de famille et à autorité sur sa mère.

Pourtant, cette phrase ci-dessus est une voix intérieure d'Oscar. Bluff, ou Oscar le pense vraiment?

.

.

"Il  est vrai que c'est une dame très séduisante...

on a tout de suite envie de discuter avec elle des heures durant..."

 

[à propos de Mme de Polignac]

 

"elle ressemble un peu à ma mère... agréable comme un parfum de lavande..."

.

.
.

Tels sont les propos d'Oscar suite à sa première rencontre et donc premières impressions sur Madame de Polignac. Sa mère est absente du décor et pourtant la première comparaison au sujet de la douceur, du caractère agréable et rafraîchissant est  : "elle ressemble un peu à ma mère...". Oscar fait de sa mère son point de référence féminin. Pour peu, on pourrait presque dire qu'elle représente la femme idéale pour Oscar.

.

.

Suite à l'évanouissement de Madame de Jarjayes au château de Versailles, Oscar est immédiatement prévenue. Madame de Jarjayes à l'autorisation royale d'aller prendre un peu de repos dans ses terres.

" Mère, si vous rentrez à la maison... je vous accompagne et resterai le temps qu'il faudra"


Oscar est pourtant en service dans la Garde Royale, mais elle prête à demander un congé pour suivre sa mère. Elle se soucie sincèrement du bien être de sa mère et la protège avec ambiguïté : elle a la spontanéité et le soucie d'une fille dans ce cas-ci.

.

.

 

.

.

.

Après avoir tenue tête aux soldats ds Gardes Françaises lors de sa prise de commandement (ils l'ont quand même ligoté et savait très bien que leur beau colonel était une femme! André est intervenu à temps) Oscar craque en coulisses.

"Mère...Mère...Mère..."



Comme un cri d'enfant apeuré et désemparé, Oscar a bout appelle l'amour et le réconfort de sa mère. Sa condition masculine imposée éclate mais  Oscar  n'en a pas encore conscience. Dans ce moment critique, c'est l'image de sa mère qui lui vient en premier comme rempart (et non son père ou André ou même Grand-Mère par exemple).

Une nouvelle fois perdue, après la demande en mariage de Girodelle (qui l'a fait rire au début avant qu'elle ne sache que son père avait donné son accord). Perdue avec elle même, elle se bat contre son amour féminin pour Fersen, et voilà qu'on veut tout lui faire quitter son univers qu'on lui a imposé pendant des années sans son avis.

C'est encore auprès de sa mère qu'Oscar éclate en sanglot et laisse transparaître son désespoir. C'est là qu'elle va chercher aussi un réconfort et non comme on pourrait le penser une explication. Elle crie simplement tout ce qu'elle a sur le coeur mais jamais elle ne demande pourquoi.

Dans les pages qui suivront, Madame de Jarjayes avec calme et tendresse lui expliquera la décision du Général de Jarjayes en s'incluant dans cette décision (bien qu'elle n'ai rien à dire) en disant "nous" ou "les parents".  Elle ne chargera pas de reproche le Général, mais tentera d'apaiser Oscar en lui démontrant que son père s'inquiète sincèrement pour elle et tente de la protéger par ce mariage.

Autant la communication est absente entre Oscar et son père, autant elle est profonde et maternelle avec sa Mère.

Conclusion


Seule avec sa mère, et de tout temps, Oscar s'est comporté comme une fille :  ce sont vraiment depuis le début des relations Mère-Fille. Mais c'est peut-être aussi que Madame de Jarjayes est la seule personne à l'avoir TOUJOURS considérée comme sa fille et aimée comme telle !

Actualités

Traduction de "Courage", une histoire dérivée de la Fenêtre d'Orphée dans la section qui porte ce nom.

Une histoire d'amour maudite sur  sur 4 générations...

 

Traduction de "Début de printemps", une des 1ères oeuvres d'IKEDA (section Autres)

La phrase...

"J'envie les gens doués, ceux qui ont un talent pour les études, le sport, la baston ou tout simplement une belle gueule. Quand ils restent dans leur coin, on se contente de dire qu'ils sont intransigeants. Mais moi, je suis ordinaire..."

- Yuzuru (Tome 1 de Dilemma)

Evenement...

La Japan'Expo a eu lieu ! Génial évidemment, merci aux cosplayers CDZ d'avoir joué le jeu avec moi sans se connaître:)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le monde de Lady Oscar